16 janvier 2008

Croyances

La beauté de l’amour réside-t-elle dans la promesse jamais tenue. L’erreur serait-elle dans le fait de promettre ? La promesse ne serait jamais tenue, parce qu’elle n’a pas lieu d’être. La grande méprise humaine serait-elle de vouloir croire à quelque chose ou à quelqu’un, à tout prix ?

Posté par justdumb à 00:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


Commentaires sur Croyances

    1. Tout dépend de ce que nous entendons par promesse :
    - celles que peut prodiguer le bien-aimé : "je t'aimerai toujours", "je serai toujorus là pour toi" etc. Celles-là n'engagent que ceux qui les croient.
    - ou celles que nous croyons déceler à travers la rencontre d'un être qui correspond à nos fantasmes/rêves, donc promesses que nous nous faisons à nous-mêmes : promesses de jours meilleurs, promesses d'étreintes passionnées etc.Là c'est à nous de nous raisonner. Non ?

    2. Si la beauté de l'amour ne résidait pas pour partie dans une projection dans le futur, l'amour ne se réduirait-il pas au désir ou au manque ?

    Posté par Plumette, 20 janvier 2008 à 19:38 | | Répondre
  • L'amour n'est que frustration, désir, manque (dans le désordre). S'il y a projection dans le futur, est-ce encore de l'amour quand avec une telle projection on lui ôte de son intemporalité ?

    Posté par JD, 20 janvier 2008 à 23:16 | | Répondre
  • la question est complètement métaphysique et à mon avis la réponse est positive. L'homme, la femme, devrait croire en lui, en elle, en l'humain. Le ciel est vide...

    Posté par Cécile deQuoide9, 26 janvier 2008 à 17:46 | | Répondre
  • Je vais finir par penser que croire est une erreur. On l'a vu dans les religions, il n'y a pas de promesses dans la plupart des textes fondateurs. Mais l'homme, en amour comme dans tous les autres domaines, a ce besoin irépressible de croire. Et donc de faire erreur. Le vrai amour ne serait-il pas celui où rien n'est promis ?

    Posté par JD, 26 janvier 2008 à 18:43 | | Répondre
  • - 1) Oui mais est-ce que le concept de désir-même, de manque n'implique pas lui-même une projection ? Certes on a besoin, envie ici et maintenant mais à peine sont-ils satisfaits que déjà l'angoisse que ce soit la dernière fois nous saisit, non ?
    -2) "Croire est une erreur" ...je pense que la croyance nous aide parfois à fermer les yeux et à passer certaines barrières, certains préjugés qui nous arrêtent. Il nous aide à nous battre pour construire quelque chose de plus beau dans une situation où rien n'est gagné(concevoir un bébé à Auschwitz, le garder c'est il me semble croire que le monde sera plus beau après). Le souci vient de ce que l'on voit l'amour comme un marche atteindre alors qu'à mon avis il consiste en la marche-même. Ainsi le "vrai" (à définir) amour est celui qui nous met en marche pour la beauté de la chose, comme la Foi. Pourquoi marcherait-on sans but ? La recherche du beau, du noble, du bon nous élève mais encore faut-il y croire...
    -3) "CElui où rien n'est promis" : où l'on aime gratuitement... oui sans doute mais qu'il est bon aussi de se battre pour soi et non de se perdre dans l'autre.

    Posté par Plumette, 27 janvier 2008 à 10:14 | | Répondre
  • Le manque peut évidemment impliquer une projection, ne serait-ce que pour chercher un palliatif ou un dérivatif.

    Si l'homme a un but, je me demande lequel. Quand on a un regard sur l'histoire humaine, les progrès les plus notables ont été fait pour éliminer, physiquement, mentalement, ou économiquement nos contemporains.

    Le recherche d'infini dans un monde que nous passons notre temps à définir me semble futile et irréalisable.

    Posté par JD, 27 janvier 2008 à 10:49 | | Répondre
  • Oh croyez^-vous que Pasteur songeait à éradiquer l'humanité quand il découvrit les microbes ? et Gutenberg & l'imprimerie ? et les techniques artistiques ? etc.
    en effet nous sommes porteurs d'une grande violence qui génère entre auters des avancées technologiques importantes mais qui peut être canalisée artistiquement, scientifiquement.
    Encorepeut-être la quête-même est-elel plus importante que l'objectif ? si la Foi nous met en marche et nous permet d'accomplir de belles choses, alors est-ce si grave si au bout du compte il ya le néant ?
    Et puis après tout, on ne sait pas s'il ya qqch ou pas. Alors soyons pascaliens, werberiens (cf. les Thanatonautes). donnons-nous une chance !

    Posté par PlumeAgile, 29 janvier 2008 à 12:52 | | Répondre
Nouveau commentaire