25 novembre 2007

Au loin

C'est toujours le même rêve, qu'on soit endormi ou éveillé. Ça peut arriver le matin en se réveillant ou au milieu de l'après-midi. On se dit que tout est fini. On essaie de s'en persuader. Mais rien n'est jamais fini. Peut-être est-ce une des constantes de la nature humaine que de toujours laisser une trace. Et de ne rien terminer.

Les douleurs physiques accompagneraient-elles souvent les souffrances morales ? L'estomac meurtri et la tête enserrée dans son collier d'acier iraient-ils de pair avec le doute ?

Un avenir demeure pourtant, loin de tout.

Posté par justdumb à 06:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


Commentaires sur Au loin

    "ne rien terminer"...heureusement!

    Posté par passagère, 27 novembre 2007 à 16:32 | | Répondre
  • Qqs éléments très prosaïques :
    a) est-ce la douleur physique qui rappelle à elle la souffrance morale (comme la Madeleine de Proust) ou est-ce la souffrance morale qui génère les mêmes symptômes ?
    Sans doute y a-t-il interaction. L'an passé, il m'est arrivé d'avoir le souffle coupé en plein jogging parce qu'une personne chère était très malade. Solution : ne plus penser et relancer la machine. LE corps guérit l'esprit et vice-versa.
    b) sur la récurrence des rêves : peut-être s'agit-il de voir ce que ces rêves veulent vous dire ?
    Bon courage,
    Plume Agile

    Posté par Plume Agile, 27 novembre 2007 à 22:07 | | Répondre
  • Passagère : heureusement ou malheureusement, quelle importance ?

    P.A. : a) les deux maux sont liés, vont de pair. Quant à savoir si l'un déclenche l'autre....
    b) peut-être aurais-je du employer le mot songe plutôt que rêve, dans le sens "j'y songe", comme une action volontaire.

    Posté par JD, 28 novembre 2007 à 20:44 | | Répondre
  • justement...

    Peut-être n'est-il pas utile pour vous de savoir quelle est la cause et quel est l'effet mais en étant conscient de leur interaction de jouer sur l'un pour influencer l'autre.
    Songe...sans doute mais puisqu'il est volontaire, je vous citerai Alain :
    LE pessimissme est d'humeur, l'optimisme de volonté.
    Bon courage

    Posté par PlumeAgile, 30 novembre 2007 à 23:41 | | Répondre
  • À force d'imaginer le pire, le pire n'arrive jamais. C'est ce qui fait la grande force des pessimisetes : ils n'ont que des bonnes surprises. Et donc toujours le sourire.

    Posté par JD, 01 décembre 2007 à 02:30 | | Répondre
  • Le contraire de ce qu'affirme Christophe André "Vivons heureux et imparfaits"...
    C'était Bridget Jones qui vous écrivait !

    Posté par PlumeAgile, 03 décembre 2007 à 21:35 | | Répondre
  • Parfait ou Imparfait... Mais qu'est ce que cela peut vouloir dire ? Humain ?

    Posté par JD, 04 décembre 2007 à 04:40 | | Répondre
  • imparfait = s'accepter avec tous nos défauts et s'en satisfaire !
    Dr. Ruth !

    Posté par Plume Agile, 06 décembre 2007 à 23:22 | | Répondre
Nouveau commentaire