26 février 2006

Peut-être la vraie vie, enfin ?

Les huîtres, le vent glacial qui soufflait sur la Côte d’Opale, la soupe de poissons, et peut-être l’éloignement de la capitale, ont  fait évoluer la gamberge dans le bon sens.
Voir ma vie différemment, et cesser de me lamenter sur mon sort. Certes, les remords sont toujours présents, plus que jamais par moments. Mais ils sont semblables aux deuils : on apprend à vivre avec. C’est une des difficultés de la vie, mais à partir du moment où on les accepte, avec leurs présences et leurs entraves, la souffrance n’est plus. On s’initie alors à une nouvelle manière d’appréhender les aléas de cette existence.
Se réfugier dans la douleur s’apparente à une auto-complaisance qui frise l’aveu de faiblesse.
On va continuer dans ce sens-là.
m_doc

Posté par justdumb à 22:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Peut-être la vraie vie, enfin ?

    Te reste-t-il le souvenir de l'huitre fraîche dans la coquille?

    Posté par JLS, 28 février 2006 à 16:06 | | Répondre
  • Inoubliable, bien sûr.

    Posté par Just Dumb, 28 février 2006 à 16:33 | | Répondre
  • Préférence

    Préférence de l'huître à la moule manifestement... (oui, je sais)

    Posté par jls, 28 février 2006 à 16:59 | | Répondre
  • Qualité du commentaire

    Tu peux mieux faire.
    Mais tu le sais.

    Posté par Just Dumb, 28 février 2006 à 17:03 | | Répondre
Nouveau commentaire